Vous Ítes ici: Sujets d'actualité  

ACTUALITÉS

Conseil Fédéral, Fédération

circulaire [115 KB] du 2 février 2012
circulaire n°3 [38 KB] du 18 janvier 2012 et communiqué [25 KB]
OBJET : CARTE SCOLAIRE RENTRÉE 2012
Ce lien vers le site nationale pour les différentes lettres d'information, dernière lettre actualités novembre 2011 n°85 [176 KB]
laïcité, historique et définition : document 1 [85 KB] et document 2 [252 KB]
lettre de février 2011 n° 78 [373 KB] , lettre de décembre 2010 n° 76 [330 KB] , Lettre de septembre-octobre 2010 de la fédération nationale n° 74 [237 KB]
Communiqué [90 KB] du CNAL sur la Loi Carle.
La Fédération des Délégués Départementaux de l’Education Nationale milite, avec d’autres associations laïques, pour que le 9 décembre, jour anniversaire de la promulgation de la loi de séparation de l’Etat et des églises, soit déclaré Journée de la Laïcit : Lettre aux élus [21 KB] .
Communiqué de la Fédération des DDEN sur le devenir des écoles maternelles.
Lettre d'information de la Fédération n°67 de novembre 2009, page1 , page2 , page3 .

COMPTE RENDU DU CONSEIL FÉDÉRAL DU 22 JANVIER 2009 [69 KB]
COMPTE RENDU DU CONSEIL FEDERAL DU 1er DECEMBRE 2008 [145 KB]
Complément oral au Rapport d'Activité de juin 2010 [55 KB]
Vous pouvez consulter les archives du Conseil Fédéral en cliquant surle lien suivant :Archives

Paris, le 18 mars 2010
Envoi par courriel
BRÈVES N° 17 [39 KB] . Remplacements des enseignants absents

Circulaire : communiqué modifié [21 KB]
OBJET : ÉLÉMENTS DE COMPTE RENDU DU CONSEIL FÉDÉRAL DU 28.09.2010




Autres

article du monde de l'éducation du 14 février 2011
loi CARLE, il faut l'abroger, la lettre des observatoires n°27 de janvier 2011, article première partie , seconde , troisième et dernière .

Ils ne s'arrêteront pas avant d'avoir détruit l'Ecole Publique [307 KB] ,
fondement de la République,
résistons, exprimons nous partout où cela est possible

Documents sur les propositions gouvernementales sur la suppression des postes d'enseignants de 2011 à 2013 document 1 et document 2

L'Ecole sous les feux de l'Actualité
Le programme Eco-Ecole en France (700 établissements scolaires engagés en 2008).
Des établissements scolaires en démarche de développement durable
Programme international d'éducation à l'environnement, Eco-Ecole est un label décerné aux écoles élémentaires et aux établissements scolaires du secondaire qui se mobilisent pour l'environnement.
Dans les établissements qui se portent volontaires, les élèves, les enseignants, la direction et les personnels travaillent successivement sur cinq thèmes prioritaires : l'alimentation, la biodiversité, les déchets, l'eau et l'énergie.
Dans le cadre des enseignements et en partenariat avec les élus locaux, des associations locales et des parents d'élèves notamment, ils mènent un diagnostic qui débouche sur des réalisations concrètes d'amélioration des bâtiments scolaires et de leur gestion.
Une contribution à la généralisation de l'éducation au développement durable dans les établissements scolaires
La méthodologie en sept étapes favorise l'action sur l'environnement de proximité que constitue l'école ou l'établissement scolaire, pour une mise en oeuvre concrète du développement durable.
Les outils d'accompagnement (manuel Eco-Ecole) fournis par l'of-FEEE permettent aux participants et aux partenaires de l'école de se rassembler dans la démarche. Grâce aux liens faits avec le programme scolaire et des propositions d'activités, les enseignants intégrent l'éducation à l'environnement dans leurs cours.
Sensibilisation aux enjeux environnementaux et éducation à la citoyenneté sont donc au cœur de ce programme.

Tout sur les RASED
Les Réseaux d'Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté (RASED) : textes officiels, annuaires de sites, forum, réflexions.
http://daniel.calin.free.fr/rased.html
Textes réglementaires sur les aides spécialisées
Le texte fondateur des RASED, la circulaire n° 90-082 du 9 avril 1990 (actuellement abrogée).
Le texte qui réglemente actuellement les RASED, la circulaire n° 2002-113 du 30 avril 2002.
Les textes réglementaires des psychologues scolaires.
Le référentiel de compétences des enseignants spécialisés chargés des aides spécialisées à dominante pédagogique (option E).
Le référentiel de compétences des enseignants spécialisés chargés des aides spécialisées à dominante rééducative (option G).


Les EPEP
Paris, le 8 décembre 2008
BRÈVES N° 15 à diffuser au sein des Unions
Audience auprès de M. Frédéric REISS député, rapporteur de la proposition de projet de loi (PPL) sur les EPEP Le 4 décembre 2008 Daniel Callewaert, Elyane Guez et Gérard Gibert ont été auditionnés par Frédéric Reiss, député UMP du Bas-Rhin et co-auteur du projet de proposition de loi sur les EPEP, avec Messieurs Benoist Apparu député UMP de la Marne et Guy Geoffroy député UMP de la Seine et Marne.
L'audience s'est déroulée dans un climat courtois. Nous avons précisé que nous n’intervenions pas sur le fond, mais sur l’article 6 qui ne mentionne pas les DDEN dans le Conseil d’administration. Nous avons aussi fait part de notre désaccord avec la disparition des conseils d’école, instance de gestion de proximité, appréciée de tous les partenaires.
M. Reiss avait étudié le dossier et a enregistré notre demande d'être membre du CA des EPEP. Il nous a précisé que notre intégration dans le Conseil d’administration posait le problème de l’équilibre entre les trois composantes : éducation nationale, parents d’élèves, collectivités locales. De même la désignation du Directeur de l’EPEP, représentant de l’État, et celle du Président du Conseil d’administration ne sont pas règlées. Ce pourrait être la même personne et ces fonctions pourraient être confiées à un enseignant ou un représentant des collectivités locales. Le débat est ouvert et risque d’être un point d’achoppement entre les partenaires concernés. Notre interlocuteur est convaincu que le Directeur doit être un enseignant.
Rien n'est figé. Monsieur Reiss auditionne largement tous les partenaires de l’école concernés par la création des EPEP, afin que le projet soit affiné et débattu par les parlementaires.
Il a regretté que l’expérimentation prévue par la loi de 2004 n’ait pas été mise en œuvre, elle aurait certainement éclairé le débat.
Ce dernier, initialement prévu en janvier, est reporté à plus tard pour mieux le préparer et aussi (et surtout) attendre que la mauvaise humeur des Maires, après les difficultés de mise en œuvre du service minimum d’accueil, soit retombée.
La solution, en ce qui nous concerne, pourrait être un siège avec voix consultative .On reconnaît que les DDEN ont fait preuve de leur efficacité dans les Conseils d’école et les CDEN. Leur rôle de médiateur indépendant et de facilitateur des rapports entre les partenaires de l’école y est apprécié et a été rappelé par les parlementaires et le Ministre de l’Éducation nationale, lors des débats sur l’article 40. Suite à cette audience, qui montre que rien n’est joué, il faut que les unions départementales maintiennent la pression et contactent tous leurs parlementaires, maires et parents d’élèves en utilisant l'argumentaire fédéral, sans oublier de faire connaître le bilan de leur action à la Fédération.
Le Président
Daniel Callewaert
Le Secrétaire Général
Gérard Gibert

Article du CNAL
COMMUNIQUE DE PRESSE
Il faut en finir avec l’article 89 !

Les organisations du CNAL* combattent, depuis sa promulgation, l’article 89 de la loi du 13 août 2004. Celui-ci oblige au financement du forfait communal pour les élèves fréquentant une école privée située sur une autre commune que celle de leur domicile.
Le CNAL, qui a déposé un recours en Conseil d’Etat contre la deuxième circulaire d’application de cet article 89, constate que les arguments qu’il a développés auprès des parlementaires commencent à porter leurs fruits.
La proposition de loi du sénateur Carle et de ses collègues de l’UMP en est l’illustration.
Le CNAL constate qu’avec cette proposition, les parlementaires UMP lui donnent raison en reconnaissant l’injustice que crée l’article 89 au détriment des écoles publiques.
De plus, le CNAL note avec satisfaction que les sénateurs admettent enfin que l’accord tripartite, qu’il avait dénoncé comme un « accord de dupes », ne peut régler le problème de l’article 89, comme le prétendait le gouvernement.
Pour autant, la proposition de remplacer l’article 89 (qui serait abrogé) par des dispositions visant à conditionner le financement du forfait pour une scolarisation dans une école privée d’une autre commune, ne peut nous satisfaire entièrement.
En effet, cette loi, si elle était adoptée, réduirait considérablement le nombre d’élèves concernés par ce forfait, mais ne l’annulerait pas, comme le revendiquent les militants laïques du CNAL.Paris, le 13 novembre 2008
Laurent Escure
Secrétaire Général du CNAL
* Le CNAL est composé des DDEN, de la FCPE, de La Ligue de l’Enseignement, du SE-UNSA et de l’UNSA-Education.

Ecole maternelle et accueil de la petite enfance
Ecole maternelle
:Le ministre de l’Education nationale a présenté au Sénat, ses excuses aux enseignants d’école maternelle, après ses propos de juillet sur le niveau de recrutement des enseignants accueillant des enfants de moins de trois ans en déclarant « certains y ont vu une remise en cause des maîtres de maternelle mais telle n’était pas du tout mon intention, et si je les ai blessés, je m’en excuse auprès d’eux. »
Lors d’une audition devant la commission des finances du Sénat, il s’était demandé s’il était « vraiment logique » « de faire passer des concours à bac + 5 à des personnes dont la fonction va être essentiellement de faire faire des siestes à des enfants ou de leur changer les couches ? »
En novembre, le ministre a affirmé que l’école commençait « à 3 ans », et défendu l’idée, qu’avant cet âge, les enfants soient accueillis dans des structures différentes comme les « jardins d’éveil ».
Le projet de création de « Jardins d’éveil » en liaison avec les écoles maternelles est inquiétant. Il proposerait un service payant au sein du service public, avec le risque de désengagement des Caisses d’allocations familiales pour l’aide financière aux familles. Philippe Mérieu y voit la création « d’ersatz d’école maternelle, payant et sans instituteur ».
L’accueil de la petite enfance, qui devrait faire l’objet d’un service public gratuit, est au cœur des préoccupations des DDEN et de l’actualité. Notre prochaine enquête nationale pourrait être consacrée à l’approche d’un état des lieux de l’accueil de la petite enfance et du périscolaire, sur tout le territoire. Le groupe de travail « Enquête nationale » se réunira le 20 janvier 2009, pour réfléchir et proposer un thème d’enquête, qui entre dans le cadre de notre mission et de nos possibilités militantes.

L'Aide aux devoirs par les parents
Les chiffres du mois
:
Education : d’après un récent sondage réalisé par l’Ifop auprès des parents d’enfants âgés de 6 à 12 ans, 82% d’entre eux disent aider leurs enfants à faire leurs devoirs le soir. En primaire, ils y consacrent moins d’un quart d’heure par jour. Neuf fois sur dix, c’est la mère qui s’en charge, mais les pères y participent aussi à 65% le week-end.
La lecture arrive en deuxième position dans la liste des activités pratiquées en famille avec 50%, loin derrière la télévision à 68%, mais devant Internet à 29%.

L'Ecole Numérique Rurale
5 000 écoles rurales de Communes de moins de 2 000 habitants seront subventionnées pour cette action.
Vous pouvez télécharger :
le cahier des charges
l'acte de candidature
et le modèle de convention en cliquant ici