Accueil > Actualité > AG DDEN 79 – Samedi 30 avril 2016 à Soudan

AG DDEN 79 – Samedi 30 avril 2016 à Soudan

lundi 16 mai 2016, par webmaster

  • La présidente de la délégation de Pamproux Ginette XAINTRAY.
  • La représentante du SIVU.
  • Monsieur le Maire de Soudan Didier PROUST.
  • La Conseillère départemental Chantal BRILLAUD.
  • La Députée de la 2ème circonscription des Deux-Sèvres Delphine BATHO.

La République française s’est voulue Démocratique.
Cela veut dire que le pouvoir y appartient au peuple qui l’exerce par l’intermédiaire de ses représentants élus.

Pour choisir ses représentants, il est nécessaire que chaque citoyen soit suffisamment instruit pour distinguer par : mi les candidats ceux qui sont réellement dignes de leur confiance, ceux qui seront dévoués à la défense de l’intérêt commun.
Pour former ces citoyens libres et responsables la République a inventé l’École publique, qui doit être Laïque, c’est à dire libérée de tous les dogmes susceptibles de perturber la liberté de conscience de chacun, publique c’est à dire ouverte à tous ceux qui résident sur le territoire national, et gratuite parce qu’elle s’adresse à tous, sans distinction de statut économique ou social. Ainsi la République proclamait un droit mais aussi un devoir de tous ses enfants à la formation et à l’instruction.
Le rôle de l’école républicaine était, et reste de nos jours, de dispenser les connaissances nécessaires à la compréhension de monde et de son évolution, et de former les futurs citoyens au raisonnement et aux valeurs humanistes en faisant abstraction, dans leur vie publique tout au moins, des préjugés et des jugements à priori que leur histoire personnelle aurait pu leur faire considérer comme des vérités.
Il n’est pas question d’inculquer un quelconque catéchisme républicain aux enfants, mais de leur montrer que le progrès de l’humanité ne peut s’appuyer que sur des valeurs universellement reconnues et valables pour tous les êtres doués de raison, pour tous les humains.

C’est exactement ce que signifie le principe de Laïcité que nous essayons inlassablement de défendre et de promouvoir : totale liberté de conscience et séparation stricte du domaine privé de chacun et du domaine public de tous.
Cette École publique dont nous sommes les amis fiers et vigilants, nous les DDEN, nous devons nous demander en permanence si elle reste conforme à ses engagements et aux espoirs qu’on a mis en elle. Il est de bon ton de dire qu’elle ne remplit plus son rôle, que de nombreux enfants sont abandonnés sur le bord du chemin, que la jeunesse n’a plus de repères, de valeurs, qu’elle se réfugie dans les paradis artificiels que sont les drogues, la violence, la xénophobie et le fanatisme religieux.

Les enseignants que nous rencontrons sont, dans leur grande majorité, dévoués et conscients de l’importance de leur rôle. Les collectivités locales sont, le plus souvent, à l’écoute des demandes qui leur sont faites. Les parents ne sont pas tous, loin de là, les contestataires agressifs qu’on décrit parfois.

Nous-mêmes, DDEN, nous nous efforçons de remplir notre rôle de promotion de la Laïcité et de défense de l’Egalité de tous les enfants. Nous intervenons dans les conseils d’écoles, nous essayons d’obtenir une place dans les commissions scolaires communales ou intercommunales. Nous insistons auprès des services de l’Etat que la Laïcité soit respectée sur tout le territoire national, et pour que l’argent public serve d’abord au service public d’éducation plutôt qu’à des écoles communautaires qui séparent les enfants dès le plus jeune âge.

Nous nous sentons bien souvent désarmés face aux vents contraires qui remplacent de plus en plus impunément Liberté par loi du plus fort, Égalité par chacun pour soi, Fraternité par tout pour moi rien pour les autres. La Laïcité est attaquée : au nom de la liberté religieuse que personne ne conteste, on tente de remettre en cause la liberté de conscience. Mais nous ne devons pas nous laisser décourager. Nous savons bien que l’École publique n’a pas que des amis, qu’il y a encore des nostalgiques de la guerre scolaire et qu’ils ne sont pas parmi nous mais en face de nous.
A droite de la photo le président de l'Union 79 Gérard PENIT
Que peut notre École, seule dans une société en désordre ? Car, nous le voyons bien, notre société française, pour ne parler que d’elle, est en désordre. Il n’est question, dans les médias, que de violence, de corruption, de fraude fiscale, de malversations, etc…Les nouveaux dogmes sont la compétitivité, la concurrence, l’enrichissement personnel avec ou sans justification, l’argent roi d’où qu’il vienne. Et ceux qui devraient donner l’exemple ne sont pas toujours au-dessus de tout soupçon.
Et l’on voudrait que nos jeunes soient vertueux. Croit-on qu’ils ne voient pas l’injustice partout dans ce monde de débrouille et d’hypocrisie ? Comment pourraient-ils penser que le travail, l’effort personnel, l’entraide, la solidarité, sont les seuls moyens de se construire un avenir heureux ?

A-t-on demandé aux élèves ce qu’ils pensent de la devise Liberté, Égalité, Fraternité désormais inscrite de nouveau au fronton de chaque école ? S’ils osent livrer le fond de leur pensée, attendons-nous à des surprises désagréables.

Mon discours est-il défaitiste et démoralisant ? j’espère que non. Mon but est au contraire de montrer que le rôle l’École publique est plus que jamais essentiel. Et que celui des DDEN, loin d’être dépassé, est capital. Nous devons nous impliquer avec les enseignants, les parents, les collectivités locales pour continuer nos actions de médiation, bien sûr, mais aussi pour jouer avec conviction et détermination notre rôle de militants des valeurs de la République. Nous devons, dans l’école et en dehors de l’école, promouvoir partout les principes de Liberté pour tous. Egalité d’abord pour les plus démunis, Fraternité de tous les humains, Laïcité et promotion de la Raison.
Ce n’est pas un discours révolutionnaire, il n’y a là que des principes de bon sens nécessaires à un vivre ensemble harmonieux, à la paix civile et au progrès de l’Humanité. C’est ce que tente de promouvoir la Réserve Citoyenne que je vous engage à rejoindre si vous en éprouvez le désir.

Gérard Pénit, président de l’Union 79 des DDEN

La trésorière Geneviève PICHOT et le secrétaire Serge PACAUD

info portfolio