Accueil > Actualité > Assemblée générale - Beauvoir sur Niort - Samedi 25 mai 2013

Assemblée générale - Beauvoir sur Niort - Samedi 25 mai 2013

samedi 1er juin 2013, par webmaster

Rapport moral du Président

Je voudrais vous dire un mot de politique. Parler politique, ce n’est pas forcément entrer dans des querelles où la mauvaise foi l’emporte bien souvent sur l’argumentation logique. Faire de la politique c’est aussi, c’est d’abord et surtout s’intéresser à tout ce qui concerne une société organisée. Et c’est précisément ce que nous faisons tous les jours, nous les DDEN, qui avons choisi de consacrer une partie de notre temps à la tâche la plus noble qui soit : l’éducation des enfants, la formation des citoyens dont notre République a besoin et qui sont nécessaires au fonctionnement de notre démocratie.

Nous avons décidé de nous impliquer dans ce qu’on appelle la réforme des rythmes scolaires parce que nous pensons que ce projet est un début de réponse à nos demandes exprimées depuis tant d’années et jamais entendues :

  • le coup d’arrêt donné aux suppressions de postes dans l’éducation nationale,
  • la prise en compte globale de l’emploi du temps des enfants sur la journée, la semaine et l’année,
  • la semaine de 9 demi journées qui restent intégralement du domaine de l’Education Nationale (24 heures + les activités pédagogiques complémentaires),
  • la formation initiale et permanente des maîtres,
  • plus de maîtres que de classes,
  • la concertation organisée par les DASEN pour la mise en place de cette réforme, tout cela nous semble aller dans le bon sens. Nous désespérions parfois de pouvoir arrêter la dégradation de notre système éducatif, or voilà que non seulement la reculade semble stoppée, mais nous entrevoyons la possibilité de reprendre la marche en avant. On peut compter sur nous pour mobiliser nos forces, pour accélérer le mouvement du chariot qui s’ébranle et pour veiller à ce qu’il prenne la bonne direction, celle de l’intérêt exclusif de nos enfants et de notre démocratie.

On peut compter sur nous aussi pour souligner les insuffisances de ce projet. Il prévoit la prise en compte des enfants de 2 ans dans les écoles maternelles mais il est à craindre que l’insuffisance des moyens ne permette pas de l’appliquer partout. Le principe plus de maîtres que de classes risque d’être compromis par l’augmentation des effectifs prévue pour les prochaines rentrées.
Le temps périscolaire pose de gros problèmes à certaines municipalités qui manquent de moyens pour l’organiser. Ce temps doit permettre aux enfants qui, pour diverses raisons, ne sont pas correctement pris en charge en dehors de l’école, d’avoir les mêmes chances d’épanouissement que leurs camarades plus favorisés. Il faut lui donner les moyens de diminuer les inégalités sociales.

Il est nécessaire que l’on applique à la lettre notre constitution qui stipule que " l’organisation de l’enseignement public, obligatoire, laïque et gratuit à tous les niveaux est un devoir de l’Etat".

Pour nous, l’égalité des chances, l’égalité tout court, imposent que le temps périscolaire entre à terme, d’une façon ou d’une autre, dans le cadre de l’enseignement obligatoire, gratuit, et bien sûr laïque.

Et puisqu’on parle de Laïcité, nous avons, là aussi des choses à dire.
Depuis longtemps nous répétons qu’en vertu du principe constitutionnel cité plus haut, l’Etat n’a pas à se décharger d’une partie de ses obligations sur des institutions privées. L’Education Nationale relève du rôle de l’Etat qui doit assurer l’enseignement de tous, sur tout le territoire national.
C’est un des rôles essentiels des DDEN de le rappeler sans cesse. Nous ne demandons pas la disparition de l’enseignement privé, mais ce choix de quelques uns ne doit pas être financé par tous. Les fonds publics doivent être consacrés au fonctionnement des services publics. La Loi Carle doit être abolie ainsi que toutes les lois anti-laïques. Au total, nous soutenons l’action du ministère de l’Education nationale et de l’enseignement public.
Et je vous engage à participer activement à toutes les concertations qui ont lieu dans vos secteurs. Si vous n’êtes pas invités systématiquement, il faut le demander. Nos rapports avec les élus sont le plus souvent excellents, ils se feront un plaisir d’entendre notre point de vue.

Un long chemin reste à parcourir pour refonder et adapter notre Ecole publique. C’est grâce à elle que l’avenir qu’on nous présente chargé de gros nuages noirs pourra, au contraire, se révéler radieux. Nos enfants ne se laisseront pas pervertir par le mauvais exemple que donne trop souvent la soit disant élite présentée comme modèle de réussite par des médias racoleuses, si nous sommes capables de leur apprendre à former eux-mêmes leur jugement, grâce à la raison et à l’esprit critique. C’est cela le rôle de l’Ecole Publique. C’est à sa construction et à sa défense que les DDEN ont décidé de consacrer une grande partie de leurs forces.
Et tout en restant vigilants, nous nous réjouissons des efforts faits en faveur de notre école publique et nous devons y participer. Ne croyez pas que nous sommes inaudibles.

Notre demande de faire inscrire au fronton des écoles la devise républicaine "Liberté, Egalité, Fraternité", favorablement reçue par les élus de nombre de nos secteurs, semble avoir été entendue par le Ministre, Monsieur Peillon qui l’a reprise à son compte (humour ?). Il a ajouté à cette devise le drapeau national. Certains trouveront cela un peu chauvin. Comme notre hymne national c’est un symbole auquel je suis personnellement attaché. Et comme tout symbole, ce peut être l’occasion pour les enseignants de revenir sur les principes fondamentaux de notre République que notre société a tendance à oublier. Avec l’enseignement, ou plus exactement la pratique, de la morale laïque, c’est encore un signe encourageant, même si on peut en débattre.

Je crois avoir assez parlé. Je vous remercie de nouveau de votre présence et de l’activité que vous déployez tout au long de l’année. Je vous encourage à continuer vos efforts, à être actifs, inventifs et visibles. Les DDEN ont encore des tâches à accomplir car le combat pour la démocratie, la République et la Laïcité n’est jamais terminé, c’est un combat permanent qui recommence chaque jour et qui passe obligatoirement par la défense et la promotion de l’Ecole Publique.

G.Pénit

Un débat de fond eut donc lieu au cours de l’AG sur le temps périscolaire et sur un second sujet - la violence à l’école- Sur le dernier sujet, Mme Rolland, représentante de Monsieur le Directeur Académique- fit part des procédures mises en place au niveau de l’Académie.

Remerciements à la Municipalité de Beauvoir et à son Maire M. Boulais ainsi qu’à notre président de la délégation pour l’organisation de notre Assemblée générale.

info portfolio

Accueil chaleureux de la délgation de Beauvoir sur Niort Tribune des officiels Courrier de l'Ouest du 29 mai 2013 Nouvelle Rébuplique du 31 05 2013