Accueil > Dossier Laïcité > Arbre de la laïcité à l’école de Ste Eanne - Décembre 2021

Arbre de la laïcité à l’école de Ste Eanne - Décembre 2021

vendredi 17 décembre 2021, par Bruno

DISCOURS DU PRESIDENT DE L’UNION des DDEN des DEUX-SEVRES
LORS DE LA PLANTATION DE L’ARBRE DE LA LAÏCITE A ST EANNE,

Le 7 décembre 2021.

Je voudrais d’abord m’adresser aux élèves du Groupe scolaire de St EANNE. Vous allez avoir à planter un arbre, cela semble commun, mais cet arbre n’est pas comme les autres. Il est et sera un symbole, le symbole de la laïcité, une des valeurs de notre Nation au même titre que notre trilogie « Liberté, Egalité, Fraternité ».
… L’affichage de la Charte de la Laïcité dans les écoles, est un acte de politique pédagogique nationale, tout comme l’institution de la journée de la laïcité le 9 décembre 2021. Je veux remercier : les enfants de l’école, leurs parents et, les enseignants qui ont adhéré au projet et qui l’ont accompagné avec détermination et avec la conscience des enjeux, la municipalité de St EANNE, sous la conduite de Monsieur le maire, qui a emboité le pas avec le dynamisme et l’ouverture de cœur et d’esprit qu’on lui connait, enfin, les DDEN et les amis du CDAL ici présents. Comme le conseil municipal des enfants, l’arbre de la Laïcité est un excellent apprentissage de la citoyenneté. Avec ce symbole, nous proposons à l ‘enfant, à l’élève, citoyen en herbe, à travers la perception qu’il a déjà acquise sur les choses et les situations, une réflexion quotidienne, il passera tous les jours devant l’arbre qui lui rappelleras les valeurs fondamentales de la République, qui méritent ici d’être réévoquées : -Liberté : valeur ontologique, matrice de toutes les libertés, liberté d’être, d’aller et venir, de penser, de conscience, liberté d’expression -Egalité : fille de la démocratie, valeur historique, elle n’est pas un « donné » de naissance, elle n’est jamais acquise mais toujours à conquérir -Fraternité : mère de la solidarité et des aides sociales, du "vivre ensemble", de la tolérance, du respect de l’autre.
La République si elle garantit le libre exercice des cultes, elle n’en reconnait, n’en salarie ni n’en subventionne aucun. L’Etat et les religions sont séparés.
Je rappellerai que l’instruction est obligatoire et que l’organisation de l’enseignement public est gratuit et laïque à tous les degrés, et que c’est un devoir de l’Etat.
Cet arbre rappellera à tous que la République assure la liberté de conscience, qu’elle respecte toutes les croyances, que chacun est libre de croire ou de ne pas croire.

Allons donc, cet arbre que nous allons planter, quel est-il et quelles sont ses caractéristiques ?

Article de la Nouvelle République

Laïcité, coopération, aimer, paix, confiance et autres mots trouvés collégialement par les élèves de Sainte-Eanne et collés sur un arbre fictif : à défaut de pouvoir planter l’arbre en raison d’une pluie battante, les élèves ont présenté le travail sur la laïcité effectué en amont. Patrice Auzuret, maire, a mis en lumière la laïcité « née de la Révolution française lorsqu’un décret a établi un régime de séparation entre l’Église et l’État le 21 février 1795 avec le libre exercice des cultes, mais cette valeur a mis du temps pour faire corps ». Le maire a fait une rétrospective de la naissance de la laïcité devant les élèves et la DDN. « C’est la Commune de Paris, une des insurrections françaises de 1871, qui la remet à l’ordre du jour. En plus de séparer l’Église et l’État, il s’agit alors de donner la possibilité de jouir de la liberté de conscience, considérée comme la première des libertés. La Commune de Paris a confirmé le décret de la Convention du 21 février 1795 ». Patrice Auzuret a évoqué Fernand Buisson, cofondateur et président de la Ligue des droits de l’homme, Jules Ferry, promoteur de l’école publique, laïque et obligatoire dès les années 1881-1882 en indiquant : « Nous avions prévu de fêter le 150e anniversaire de la Commune de Paris mais les travaux de la salle des fêtes et les conditions sanitaires nous ont conduits à renoncer ». Et d’insister sur les droits des femmes avec Louise Michel et l’origine de la notion d’autogestion des premières mesures sociales. Et de mettre en avant l’école française laïque « menacée par l’obscurantisme ».
Michel Benoist, président délégué départemental de l’Éducation nationale, a indiqué : « Cet arbre n’est pas comme les autres. Il est le symbole de la laïcité, une des valeurs de notre nation au même titre que notre trilogie Liberté, Égalité, Fraternité. Comme le conseil municipal des enfants, l’arbre de la laïcité est un excellent apprentissage de la citoyenneté… L’enfant passera tous les jours devant cet arbre qui lui rappellera les valeurs fondamentales de la République. Cet arbre rappellera à tous que la République assure la liberté de conscience, qu’elle respecte toutes les croyances, que chacun est libre de croire ou ne pas croire ».

PDF - 559.7 ko
Article de la NR du 12 décembre 2021 sur l’arbre de la laïcité à l’école de Ste Eanne

Article du Courrier de l’Ouest du 27 décembre 2021

A l’occasion de la journée de la laïcité, les élèves de l’école de la commune étaient conviés à participer à la plantation de l’arbre de la laïcité, en présence du maire Patrice Azuret, d’élus et de Michel Benoist, président Délégué départemental de l’Education Nationale (DDEN).
La forte pluie ayant empêché cette plantation, les enfants ont présenté leur travail sur la laïcité en attendant une météo plus clémente. Pour réaliser ce travail, une question : "Qu’est-ce que la laïcité ?" Les élèves de la Petite section au CM2 ont alors répondu avec plusieurs mots : "Aimer, confiance, solidarité, partager, aide, respect, neutralité, protection, liberté. Ce sont des citoyens qui vivent ensemble."
"La laïcité est une valeur née de la Révolution française, quand un décret a établi un régime de séparation entre l’Eglise et l’Etat, avec le libre exercices des cultes, mais cette valeur a mis du temps à faire corps"
, explique Patrice Auzuret.
L’occasion pour le maire de rappeler les rôles de Ferdinand Buisson, président de la Ligue des droits de l’Homme et président de la Ligue de l’enseignement, et de Jules Ferry qui fut promoteur de l’école publique laïque, gratuite et obligatoire. Patrice Auzuret a également mentionné Louise Michèle et le début des droits des femmes.
Un arbre pas comme les autres
"Les enfants, vous allez avoir à planter un arbre, mais cet arbre n’est pas comme les autres. Il est le symbole de la laïcité, une des valeurs de notre nation au même titre que notre trilogie "Liberté, Egalité, Fraternité", indique Michel Benoist. L’arbre de la laïcité est une excellent apprentissage de la citoyenneté. Cet arbre rappellera à tous que la République assure la liberté de conscience, qu’elle respecte toutes les croyances, que chacun est libre de croire ou de ne pas croire."
L’arbre choisi est un chêne vert : "C’est un vert, ou yeuse, Quercus ilex de son nom latin, parfois appelé chêne faux houx en raison de la ressemblance de ses feuilles avec celles du houx. Le terme vert évoque le caractère persistant de son feuillage durant l’hiver, persistant comme l’est la laïcité dans le cœur de nos concitoyens."

PDF - 78.9 ko
Article du CO du 27 décembre 2021 sur l’arbre de la laïcité à l’école de Ste Eanne
PDF - 33.1 ko
Classe de Ste Eanne
PDF - 61.7 ko
Poteau en bois avec la signalétique de l’arbre de la laïcité
PDF - 676.1 ko
Plaque de la laïcité